Jeudi 7 juin 2018
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Le top 500 des supercalculateurs consacre à nouveau IBM

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 25/11/2008 - indexel.net
 

Alors que les projets nord-américains dominent le classement des 500 ordinateurs les plus puissants de la planète, Bull et Microsoft figurent parmi les cinq sociétés à suivre en 2009. Big Blue remporte encore une fois la palme.

 

Le 32ème classement regroupant les 500 super calculateurs les plus puissants du monde vient d'être publié à l'occasion de la Supercomputing Conference 2008 qui a eu lieu à Austin, au Texas, du 15 au 21 novembre. À elles seules, ces 500 machines totalisent 16 953 téraflops soit quatre fois plus qu'il y a un an ! Pour mémoire, un téraflop représente un millier de milliards d'opérations à virgule flottante par seconde. Près de 76 % de ces supercalculateurs utilisent des puces Intel. Mais AMD et les processeurs Power d'IBM sont également présents. Parmi les fournisseurs, HP caracole en tête avec 42 % de part de marché, contre 38 % pour IBM.

Comme l'année dernière, la première place est occupée par le projet RoadRunner construit par IBM pour le Los Alamos National Laboratory (USA). À lui seul, ce super calculateur développe une puissance en pointe de 1 105 téraflops. Il est suivi par le Jaguar du National Center for Computational Sciences (1 059 téraflops) qui repose sur 200 nœuds Cray XT-5 et 84 nœuds Cray XT-4.

Avec plus de 100 clients dans 15 pays et sur 3 continents Bull se distingue également dans le calcul haute performance (HPC). L'entreprise fournit des super calculateurs qui figurent parmi les plus puissants du monde, comme ceux du centre de recherches de Jülich en Allemagne, de l'Université de Cardiff au Royaume-Uni ou du GENCI en France. Bull se distingue aux côtés de Cray, Microsoft, Intel, et Convey Computer comme l'une des cinq sociétés à suivre en 2009.

Microsoft propose de son côté une version spéciale de Windows, Windows HPC Server 2008, qui intègre un ensemble de fonctionnalités spécifiques au calcul haute performance : assistant de déploiement et de gestion des nœuds de calcul, supervision, ordonnanceur de tâches, prise en charge des interconnexions très haut débit, etc.

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages