Jeudi 7 juin 2018
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

Microsoft transforme la Business Intelligence en commodité

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Marie Varandat le 13/04/2005 - indexel.net
 

En intégrant des outils décisionnels gratuits à son offre de base de données SQL Server 2005, Microsoft espère se différencier de la concurrence. Au passage, l'éditeur risque de bouleverser considérablement un marché en plein essor, égratignant au passage des spécialistes comme Business Objects ou Cognos.

 

On le savait déjà depuis quelque temps : SQL Server 2005, la prochaine mouture de la base de données de Microsoft intégrera les nouvelles versions de l'ETL DTS (rebaptisé pour l'occasion Integration Services), du moteur OLAP Analysis Services et de l'outil de reporting de masse Reporting Analysis. Ce qu'on ne savait pas, mais on aurait pu s'en douter après le rachat de la société Active Views l'an dernier, c'est que la suite décisionnelle de Microsoft incorporera également un outil de reporting orienté client final. Report Builder permettra aux utilisateurs de concevoir leur propre rapport contrairement à Reporting Services qui prévoit la création et la diffusion d'états par les informaticiens. Tous ces modules décisionnels seront livrés gratuitement dans les quatre déclinaisons de SQL Server 2005 - Express, Workgroup, Standard et Enterprise - mais en version limitée pour les moutures Express et Workgroup.

 

Les outils changent, la stratégie reste

 

Aujourd'hui, la plupart des experts du marché reconnaissent que l'offre décisionnelle de Microsoft n'a plus rien à envier aux spécialistes de ce marché, notamment le moteur OLAP dont la richesse fonctionnelle et la puissance sont désormais reconnues. Idem pour SQL Server dont la mauvaise réputation due principalement à la version malheureuse 6.5 est progressivement relayée au placard. Désormais capable de rivaliser avec les grands des bases de données et du décisionnel, Microsoft n'en continue pas à moins à brader son offre de Business Intelligence ! Pourquoi ? Très probablement parce qu'encore une fois l'éditeur applique la stratégie à laquelle il doit son succès, couvrant 80 % des besoins d'un marché, délaissant les 20 % restant, réputés complexes, aux concurrents. Il semblerait en effet que l'ambition de Microsoft soit moins de concurrencer un Business Objects ou un Cognos sur des applications nécessitant un véritable savoir métier comme le pilotage d'entreprise et l'élaboration budgétaire que d'embarquer les outils décisionnels dans des offres plus globales.

 

Philanthropie et Microsoft étant un ménage fort lucratif, l'éditeur fait du décisionnel une "commodité" qui se transforme en valeur ajoutée pour ses produits : MOM, outil de supervision s'appuyant sur Reporting Services pour émettre des rapports ; Indigo, framework destiné aux architectures SOA dont l'administration des process métiers repose sur des outils de BAM (Business Activity Monitoring) faisant appel aux technologies décisionnelles ; Projet Green, fusion des PGI de la société qui embarquent déjà des fonctions décisionnelles ; Office 12, prochaine version de la suite bureautique qui devrait intégrer un client OLAP (entre autres) ; et enfin SQL Server, l'offre décisionnelle livrée en standard constituant une valeur ajoutée pour faire pencher la balance en faveur de Microsoft sur un marché très disputé.

 

Et demain ?

 

"Il est clair que les outils décisionnels donnent de la valeur ajoutée à notre plate-forme, reconnaît Angelica Reyes Matiz (photo), chef de marché décisionnel chez Microsoft, mais nous avons aussi des ambitions importantes sur ce marché". Ambitions que l'éditeur devrait plutôt assouvir via ses partenaires en leur proposant un socle technique (.Net), une jolie boîte à outils (Visual Studio .Net), et, surtout, de nouveaux composants métiers avec SQL Server 2005 qui devraient leur permettre de rivaliser avec les applications verticales de Cognos et surtout Business Objet. Lequel, soi dit en passant, doit vivre ses dernières heures de partenariat heureux avec Microsoft : "Je n'ai pas d'informations précises mais il serait effectivement logique que l'on abandonne les outils d'un tiers quand on dispose d'une solution aussi performante en interne", lâche Angelica Reyes Matiz en parlant de l'actuelle intégration de l'outil de reporting Cristal Reports de Business Objects à Visual Studio.Net.

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages