Jeudi 7 juin 2018
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

APPLICATIONS

Décisionnel : construire un bon outil en dix points

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Eric Leforestier le 12/11/2002 - indexel.net
 

Avec l´arrivée de nouveaux environnements plus abordables et la baisse du prix des licences, les outils décisonnels séduisent de plus en plus les PME. Commentées par Albert Elkeslassy, manager chez Business & Decision, voici dix règles basiques pour construire une application décisionnelle.

 

 

1. De la méthodologie avant tout

La mise en place d´une solution décisionnelle ne se limite pas au simple achat d´un logiciel. Elle doit être construite méthodologiquement. "Il est conseillé de découper son projet décisionnel par lots en donnant la priorité à un domaine fonctionnel précis. Ceci va être l´occasion de mettre en place une architecture et des méthodes de travail", explique Albert Elkeslassy. Avec des solutions ouvertes, l´entreprise peut ensuite décliner l´expérience bâtie sur ce premier lot à d´autres fonctions enrichies par de nouveaux besoins.

2. Un R.O.I rapide

Le projet doit débuter sur un domaine fonctionnel à forte valeur ajoutée. Le portefeuille client est l´exemple type. Le retour sur investissement doit être rapide pour voir si on utilise les bons indicateurs ou s´il faut limiter les dégâts dans le cas contraire. "Dans une PME, la mise en place et le développement d´un lot décisionnel doit prendre au plus six mois, auxquels il faut ajouter trois mois de stabilisation".

3. Outils de constitution : privilégier la maintenance

a chaîne décisionnelle se construit d´abord à partir d´outils ETL (Extract, Transform and Load data tools). Ils extraient les données de différentes sources pour les transformer et les charger dans des entrepôts appelés Data Warehouse, s´ils sont centralisés et collectent des données en provenance de toute l´entreprise, ou Data Mart, s´ils sont plus spécialisés fonctionnellement. "La volumétrie moyenne de données traitées par les PME leur permet de ne pas se diriger vers des d´outils trop performants. Elles doivent privilégier des outils conviviaux, faciles à prendre en main, à développer et à maintenir". L´ouverture de ces produits leur permet de s´affranchir de la plate-forme sur laquelle ils vont tirer les données. Une bonne chose pour les PME qui travaillent sur des moteurs de bases de données hétérogènes.

4. Outils de restitution : le relationnel fait déjà beaucoup

Dans les outils de restitution, il faut distinguer les outils de requête simple et de reporting, des outils d´analyse, des portails, des outils de Data Mining (statistiques prédictives) ou de statistiques purs. Dotées en majorité de bases relationnelles, les PME doivent elles travailler sur des entrepôts de données permettant une analyse multidimensionnelle (capacité d´analyser les infos au travers de plus de deux axes à la fois). "Un entrepôt traité dans un environnement relationnel peut être consulté aujourd´hui par tous les requêteurs du marché. C´est déjà beaucoup. L´analyse multi-dimensionnelle peut être conseillée dans des cas particuliers comme des élaborations budgétaires. C´est intéressant, mais cela s´avère coûteux pour une PME", répond Albert Elkeslassy.

5. Solutions analytiques : elles ne font pas tout

Une application analytique est un progiciel décisionnel qui présente à l´utilisateur des indicateurs clés sur son activité (analyse des ventes, suivi des coûts, contrôle budgétaire...). La gestion de la relation client est le domaine d´application numéro un de ce type de progiciel. "Ces solutions proposent un délai de mise en oeuvre très rapide, mais elles se cantonnent aux indicateurs normalisés. Si vous voulez développer des indicateurs spécifiques, vous ne les trouverez pas dans ce type de solutions", précise Albert Elkeslassy.

6. Un PGI ne dispense pas d'un outil décisionnel

Nombre de progiciels de gestion intégrés comportent dèjà des modules décisionnels. Cela dispense -t-il de l´achat d´un outil spécifique ? "Un PGI peut être doté d´une offre décisionnelle mais elle sera limité à son domaine, à sa propre base de données. Ce qui n´est pas le cas d´un véritable système décisionnel qui, lui, n´est pas propriétaire", commente Albert Elkeslassy. Les outils décisionnels proposent désormais des accès directs aux PGI.

7. Le portail : un bon réflexe

L´Interface web remplace progressivement le mode client/serveur dans l´accès au Data Warehouse et débouche sur le concept de portail d´entreprise où l´utilisateur peut récupérer instantanément ses indicateurs en fonction de son activité et de ses droits d´accès. "Le portail d´entreprise est un aboutissement de l´information décisionnelle. Pour l´entreprise, il présente les avantages de l´intranet. Elle n´a pas à déployer de licences de consultation sur des postes qui ne seront pas utilisateurs".

8. Bien identifier l'offre

Les acteurs du décisionnel se diversifient en permanence, ce qui peut rendre l´offre confuse. Informatica et Ascential Software sont des spécialistes de l´ETL. En bases de données, on retrouve les grands noms du marché : Oracle, Microsoft, IBM, Sybase. En bases multi-dimensionnelles, l´offre est plus restreinte avec notamment EssBase d´Hyperion. En restitution de données et reporting, on trouve le français Business Objects, Brio Entrerprise, Crystal Decisions Microstrategy ou encore Hummingbird. Parmi les éditeurs proposant une gamme complète, en outils ETL et restitution, citons Cognos et SAS Institute ou encore Business Objects et Informatica.

9. L'intégration est déterminante

Pour être efficace, une solution décisionnelle doit être parfaitement paramétrée. "Faire appel à un intégrateur va permettre à l´entreprise de travailler selon une méthodologie élaborée. L´intégrateur va travailler en mode projet, ce qui va permettre une optimisation optimale des ressources", précise Albert Elkeslassy.

10. Nommer un chef de projet

Dans l´entreprise, les besoins décisionnels diffèrent selon les domaines fonctionnels. Les utilisateurs doivent avoir un interlocuteur privilégié qui va étudier leurs besoins, les uniformiser et les traduire techniquement.

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages