Jeudi 7 juin 2018
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

ACTUALITES

HTML 5 : futur système d'exploitation web ?

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Alain Bastide le 28/01/2008 - indexel.net
 

Le standard en cours de préparation au W3C normalise le modèle de programmation des applications web 2.0. Il pourrait également intégrer les microformats et OpenID.

 

Finalement, la guerre de tranchées entre le WhatWG et le W3C n'aura pas lieu. Ce dernier organisme international vient en effet d'annoncer un brouillon du futur HTML 5 qui rassemble tous les principaux acteurs du web. La publication de ce document de travail vise deux objectifs : taper du poing sur la table pour rassembler tous les éditeurs autour de la même table. Microsoft était en effet absent du WhatWG. Et recueillir l'avis de tous les utilisateurs et développeurs du web afin de s'assurer que la spécification HTML 5.0 répondra bien aux besoins du plus grand nombre, et pas seulement à ceux d'Apple, Opera et Mozilla.

 

Mozilla, Opera et Apple avaient en effet lancé en 2006 un groupe de travail dissident pour mettre au point HTML 5.0. Face à la qualité des travaux des éditeurs et à l'imminence d'un schisme, "le W3C s'est rapproché du WhatWG", indique Tristan Nitot, responsable pour l'Europe de la fondation Mozilla. Une excellente nouvelle. Le standard HTML 5 du WhatWG bénéficie désormais de l'infrastructure du W3C, en particulier en termes de protection contre les brevets. "Les entreprises membres du W3C sont obligées de déclarer les brevets qui sont touchés par les spécifications et s'interdisent d'exercer ces brevets à l'avenir", explique Tristan Nitot.

 

HTML 4 (HyperText Markup Language) a été conçu en 1997(puis mis à jour en 1999) pour faciliter l'affichage de pages au sein des navigateurs. Or, en dix ans, les frameworks Dynamic HTML (DHTML) et AJAX (Asynchronous Javascript and XML) se sont multipliés. Et ce malgré les différences d'interprétation des différents navigateurs. De nombreuses autres solutions, toutes incompatibles entre elles - SilverLight (Microsoft), Flex (Adobe), XUL (Mozilla) - ont également vu le jour pour combler les lacunes de HTML 4.

 

Avec des années de retard, "HTML 5 standardise enfin les architectures web 2.0, notamment la notion de RIA et de client multimédia", résume Jérémy Chatard, expert web 2.0 au sein de la web agency Breek. Typiquement, HTML 5 prend en compte des notions telles que le mode déconnecté. Il supprime les balises de présentation (align, bgcolor, etc.) qui sont théoriquement remplacées par les feuilles de styles. Mais surtout, HTML 5 introduit une flopée de nouvelles APIs (interfaces de programmation) car "le web permet désormais de développer des applications en ligne", confirme Karl Dubost, membre du W3C qui a lancé le projet HTML5.

 

Ces APIs s'étendent de la création de dessins en 2D, au contrôle de flux audio et vidéo, en passant par le mode déconnecté. Elles intègrent aussi nativement le support des événements utilisateur, du glisser-déplacer, l'édition de la page directement dans le navigateur, et le support des événements serveur. Mais HTML 5.0 va encore plus loin en proposant que les documents (page HTML, donc potentiellement une application AJAX) soient capables de dialoguer directement entre eux selon une logique peer-to-peer. D'autres architectures et technologies pourraient être intégrées à HTML 5. C'est le cas notamment des microformats (RDFa), des widgets (Widgets), de XMLHttpRequest (au coeur de l'architecture AJAX), mais aussi d'OpenID.

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages