Indexel

Oracle jette un pavé dans la mare du décisionnel

Par Marie Varandat le 01/03/2005 - indexel.net
 

Après Microsoft, c'est au tour d'Oracle de casser les prix sur le marché des outils d'aide à la décision. De quoi se poser de sérieuses questions sur le devenir des autres éditeurs...

 

La base de données serait-elle en passe de devenir une commodité que l'on marie à toutes les sauces et en particulier à celle du décisionnel ? C'est en effet une question l'on est en droit de se poser quand on voit la direction prise par Microsoft et maintenant Oracle qui, sur les traces de l'éditeur de Windows, brade les outils du décisionnel. Depuis quelques années déjà, Microsoft fournit en effet gratuitement avec sa base de données SQL Server un outil d'extraction et de transformation de données (ou ETL), un moteur OLAP pour l'analyse multidimensionnelle et plus récemment un outil de reporting.

 

La semaine dernière, c'était au tour d'Oracle de casser les prix sur le marché du décisionnel avec l'annonce de la nouvelle version de son ETL Oracle Warehouse Builder. Commercialisé à partir de 4 179 euros (des broutilles comparé au prix des ETL du marché), cet ETL est là encore livré avec la base de données de l'éditeur, Oracle 10gR2, laquelle intègre aussi un moteur OLAP. Dans Oracle Warehouse Builder on trouve également un outil pour concevoir des tableaux de bord et des rapports d'analyse et surtout un nouvel add-in OLAP pour Excel. Ce dernier permet d'exploiter les cubes dans Excel de façon complètement dynamique, contrairement à la plupart des outils de ce type qui se contentent d'exporter une vue statique des données. Il ressemble à s'y méprendre à celui que Microsoft propose en standard avec SQL Server.

 

Le pire, c'est que dans les deux cas, les outils sont d'une qualité excellente, reconnue par les analystes du marché ! On peut donc sérieusement se poser des questions sur le devenir des éditeurs indépendants du décisionnel dont la marge de manoeuvre se resserre comme peau de chagrin face à ces flibustiers qui utilisent l'analyse comme cheval de Troie pour mieux imposer leur base de données.