Jeudi 7 juin 2018
NASDAQ : 0.0 0   nasdaq0 %
RECHERCHE
OK
 
NEWSLETTER
newsletter
Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter
hebdomadaire - Cliquez ICI
Indexel
  • DOSSIERS
  • PRATIQUE
pub Publicité
 

INFRASTRUCTURE

Réseaux locaux sans fil : état des lieux

Imprimer Envoyer à un ami Contacter la rédaction
Par Jean-Michel de Lamezan le 13/06/2002 - indexel.net
 

La généralisation des appareils informatiques nomades, ordinateurs portables et assistants numériques, incite les entreprises à s´équiper de réseaux locaux sans fil. Dématérialiser les connexions informatiques facilite la mobilité des utilisateurs dans les locaux et simplifie les installations et les réaménagements.

 

 

Depuis 1999, des accords internationaux visent à rendre progressivement libre de droit l´usage de fréquences dans la bande des 2,4-2,5 GHz, dite ISM (Industrial, Scientific and Medical). Ces fréquences s´avèrent bien adaptées aux transmissions radioélectriques dans les bâtiments, en termes de franchissement des murs et de rendement aux faibles puissances envisagées, entre 10 et 100 mW.

A partir de là, commencent les développements concrets des réseaux locaux sans fil. Quatre systèmes attirent aujourd´hui de plus en plus d´acteurs industriels et d´ambitions commerciales: Bluetooth, HomeRF,
Wi-Fi
et HiperLAN.

Bluetooth vient du monde des téléphones cellulaires. Il prend en charge la transmission numérique de la voix et des données entre deux appareils ou entre un maître et jusqu´à sept esclaves, qui forment alors un "piconet". Bluetooth gère jusqu´à dix piconets. Son débit brut maximal est donné pour 1 Mbps à moins de 4 mètres, dans la version actuelle 1.1, et 10 Mbps, dans la version 2 à venir. En fait, Bluetooth remplace avantageusement certaines liaisons filaires ou infrarouges, mais ne remplit pas les fonctions de réseau local, notamment en terme d´administration des terminaux et de partage d´applications ou de fichiers. Il s´agit plutôt d´un système personnel d´interconnexion.HomeRFse veut le plus perfectionné des réseaux locaux actuels, opérant dans la bande des 2,4 GHz. Sa modulation radioélectrique, dite FHSS (Frequency Hopping Spread Spectrum), résiste mieux aux interférences et au brouillage que celle du Wi-Fi, dite DSSS (Direct Sequence Spread Spectrum). HomeRF est doté de fonctions de "qualité de service", QoS (Quality of Service), comme la gestion des priorités d´acheminement. Il s´adapte ainsi au transport des flux audio et vidéo, notamment dans sa version HomeRF 2, à 10 Mbps. En outre, il incorpore le protocole du DECT (Digital Enhanced Cordless Telephony), qui lui permet d´assurer par lui-même des fonctions performantes de téléphonie numérique. HomeRF permet de constituer des réseaux radioélectriques multimédias complets, à partir de micro-ordinateurs. Cependant, il reste confiné au marché grand public américain.

Wi-Fi : l'Ethernet sans fil

Wi-Fi (Wireless Fidelity) représente aujourd´hui le standard du marché, en matière de réseaux locaux sans fil. Pourtant, il souffre de trois grandes faiblesses : une modulation radioélectrique relativement sensible aux perturbations, une sécurisation d´accès aux données largement perfectible, ainsi qu´un manque de fonctions traitant de la qualité de service, comme par exemple la gestion des priorités d´acheminement. Wi-Fi en est à sa deuxième mouture, IEEE 802.11b, donnée pour un débit brut maximal de 11 Mbps. A l´instar des autres réseaux sans fil, le débit maximal diminue par seuils, en fonction des perturbations ou de la distance.
En intérieur, on aura par exemple : 11 Mbps à 53 m, 5,5 Mbps à 82 m, 2 Mbps à 122 m et 1 Mbps à 152 m. Wi-Fi correspond à l´adaptation d´Ethernet aux transmissions radioélectriques, par la modification des deux premières couches réseau. Sa jonction avec les réseaux Ethernet d´entreprises ne pose donc pas trop de problèmes. D´ailleurs, il existe déjà une profusion d´équipements à la norme IEEE 802.11b: routeurs, points d´accès, adaptateurs (PCI, PC Card, USB...), logiciels d´administration, etc. Notons que les constructeurs proposent des points d´accès Wi-Fi alimentés en courant par leur câble Ethernet, ce qui les rend indépendants du réseau 220 V et facilite ainsi l´optimisation de l´installation.

2003 : Wi-Fi contre HiperLAN

Wi-Fi est un standard en plein développement. Des groupes de travail de l´IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) produisent des normes complémentaires, visant à en corriger les faiblesses : sécurité, qualité de service, etc. Wi-Fi/5 opère sur la bande des 5 GHz et offre aussi un débit de 54 Mbps. La bande des 5 GHz s´avère moins brouillée que celle des 2,4 GHz, qui reçoit, non seulement les autres standards de réseaux locaux sans fil mais, aussi, de nombreux appareils hétéroclites : transmetteurs audio-vidéo, télécommandes, etc.

Les premiers équipements Wi-Fi/5 devraient apparaître en France très prochainement. La bande des 5 GHz, libre de droit, leur était en effet refusée jusqu´à présent, pour des questions d´inadaptation de la norme américaine aux exigences techniques européennes. En 2003, Wi-Fi/5 se trouvera directement en concurrence avec le nouveau standard européen de réseaux locaux radioélectriques, soutenu par l´ETSI (European Telecommunication Standards Institute) : HiperLAN 2 (High performance Local Area Network). De nombreux points communs rapprochent HiperLAN 2 de Wi-Fi/5 : fréquences de travail dans la bande des 5 GHz, modulation radioélectrique en OFDM, débit brut maximal de 54 Mbps.

Au vu des développements rapides des normes en vigueur, dans le monde des réseaux locaux radioélectriques, les entreprises devront veiller à la bonne disponibilité des produits et à leur interopérabilité.

 

LIRE AUSSI
 
Partager :
LIRE AUSSI
 
pub Publicité

CloudStack by IkoulaCloudStack by Ikoula

Cloud Computing : Atouts et freins, acteurs du marché, conseils et témoignages